LES PROPOSITIONS AMBITION FRANCE

 

La société française est confrontée à de grands défis auxquels elle doit faire face avec lucidité, courage et solidarité. En 2011, la dette et le déficit de la France se sont élevés à 1700 et 96 milliards d’euros, soit respectivement 85 % et 5,7 % de notre richesse nationale. Cette situation n'est plus tenable. Faire financer notre protection sociale par les générations futures comme nous le faisons depuis 1974, dernière année d'un budget à l'équilibre, nous conduit dans l’impasse. Après trente années de vie à crédit, nous devons réformer notre Etat providence.

 

C'est le prix à payer pour enrayer notre déclin et conserver une place de premier rang en Europe et dans le Monde. Ce constat est le sens de l'engagement de France Défis. Les Propositions que nous formulons doivent viser en priorité à :

 

-  Réduire massivement nos dépenses publiques pour restaurer la confiance,

 

-  Alléger les charges qui pèsent sur le travail pour restaurer notre compétitivité,

 

-  Doter la zone euro d'une gouvernance économique et budgétaire enfin fédérale.

 

Ces grands défis nous incitent à nous engager dans le débat public pour exposer aux acteurs publics nos propositions pour le bien public et la modernisation de notre pays. La vision du prochain quinquennat pourrait être la suivante : « Des citoyens au cœur de chaque Politique, des entrepreneurs au cœur de l’Économie, des salariés au cœur de l'Emploi, des élèves au cœur du projet éducatif, des patients au cœur du projet santé... »

 

Pour faire face à notre endettement abyssal, Ambition  France propose un choc de confiance visant à réduire de 60 milliards d'euros nos dépenses publiques sur la prochaine mandature. Le temps est venu de dire la vérité à nos concitoyens en rétablissant l'équilibre de nos finances publiques pour  retrouver une croissance durable. Dans cette perspective, nous formulons 30 propositions pour désendetter notre pays et restaurer une confiance porteuse d’emplois.

 

60 milliards d’euros, c’est 6% de la dépense publique qui s’élève à plus de 1 000 milliards d’euros. Cet effort, n'importe quelle entreprise pourrait le faire !

 

Nos prochains dirigeants peuvent y parvenir à condition de passer avec les Français un pacte clair, gagnant-gagnant à l'occasion des prochaines échéances électorales. En plus de la réduction de la dépense publique, deux leviers devront être mobilisés : restaurer la compétitivité des entreprises et créer l’équité entre attractivité et réalisme fiscal.

 

Pour soutenir l’emploi, Ambition France propose la mise en place d’une TVA Emploi en portant le taux actuel de 19,6 % à 23 % et en passant les taux réduits à 12% et à 3% pour les produits de première nécessité. Cette réforme audacieuse réduirait les charges sociales pesant sur le travail, augmenterait la rémunération nette des salariés et ferait participer les importations au financement de notre protection sociale. L’enjeu vise à transférer des prélèvements qui taxent le travail vers des prélèvements qui taxent la dépense. Cette mesure aurait un impact neutre sur la dette et le déficit. Il allégerait d’environ 70 milliards d’euros le surcoût actuel qui pèse sur les entreprises françaises supérieur à date de 175 milliards comparé à celui des entreprises allemandes.

 

Sur le plan fiscal, nous proposons un rabot de 50 % sur les niches fiscales conformément au dernier rapport de l’Inspection générale des finances : 52,5 milliards d’euros de dépenses fiscales sont jugées en effet peu efficientes ou inefficaces sur un total de 104 milliards.

 

Dans la fonction publique, nous proposons de modifier le statut des fonctionnaires d’administration non régaliennes donc hors Justice, Défense et Intérieur en instaurant un contrat de travail de droit commun pour tout nouvel embauché dans les administrations. De nombreux pays d’Europe ont  mené cette réforme depuis plus de 10 ans avec succès : Royaume-Uni, Italie, Grèce, Portugal. Vocation réelle, mobilité et ajustements d’effectifs seraient ainsi encouragés.

 

Sur le plan de l’emploi toujours, l’élévation du seuil de 50 à 100 personnes pourrait répondre à une revendication de longue date et créer rapidement plusieurs milliers d’emplois.

 

La maîtrise des dépenses sociales est incontournable pour obtenir des résultats significatifs. Ces dernières représentent 44 % des dépenses publiques en 2010, taux parmi le plus élevé de la planète. Nous soutenons la mise en place d’un système de retraite à point commun à tous les régimes, fondé sur un système de répartition proche de celui du modèle suédois.

 

La mise en place d’une franchise médicale à hauteur de 2% de l’ensemble des revenus et la mise sous conditions de ressources des allocations familiales sont à nos yeux des pistes progressistes de bon sens et d’équité pour réaliser des économies réelles.

 

Ces propositions sont connues, les innombrables rapports sur le sujet les mettent en avant depuis des décennies. Le diagnostic est partagé, les solutions identifiées, il faut maintenant avoir le courage de les mettre en œuvre. Les projets actuels de règle d’or, de réforme de la gouvernance européenne et les plans de rigueur vont dans le bon sens, ils visent « 0 déficit d’ici 2016 ».

 

NOTRE VISION

 

" Réduisons nos dépenses publiques pour restaurer la confiance "

" Un couple franco allemand moteur au sein d'une zone euro renforcée "

" Des citoyens au cœur de chaque Politique : Des entrepreneurs au cœur de l’Économie, des salariés au cœur de l'Emploi, des élèves au cœur du projet Education, des patients au cœur du projet Santé..."

NOS OBJECTIFS

 

Passer un pacte clair, consensuel et gagnant - gagnant avec les Français toutes catégories confondues pour réduire la dette à 60 % et retrouver l'équilibre budgétaire autour de trois leviers principaux :

 

1 -    Restaurer la compétitivité des entreprises,

2 -    Réduire significativement la dépense publique,

3 -    Trouver les bons curseurs en termes d'équité, d'attractivité et de réalisme fiscal.

 

Réduire de 90 milliards d’euros pour créer les conditions d’un retour à l’équilibre :

 

-   60 milliards d’euros de réduction de dépenses publiques sur la mandature 2012-2017,

c’est 6 % du montant des dépenses publiques.

 

-  30 milliards d’euros de recettes nouvelles

 

 Réduire de 6 % ses dépenses,

n'importe quelle Entreprise pourrait le faire !

Télécharger le document complet

Partagez cet article

Nos Visiteurs

527568
Aujourd'huiAujourd'hui359
HierHier553
Cette semaineCette semaine2020
Ce mois-ciCe mois-ci3085
Depuis toujoursDepuis toujours527568
Le jour le plus visité et pays d'origine du dernier visiteur 04-29-2020 : 1050
UNITED STATES
US