Fiscalité

En 2018, la France a affiché un taux de prélèvements de 46 %, stable par rapport à 2017. L'année dernière a été marquée par d'importantes baisses d'impôts (ISF, taxe d'habitation) mais qui ont été compensées par des hausses (CSG, fiscalité écologique) et des recettes fiscales dynamiques.

 

Les Echos - 6 décembre 2019 - Ingrid Feuerstein

Les baisses d'impôt annoncées par le gouvernement n'ont pas eu d'effet : la France reste la  championne des prélèvements obligatoires . En 2018, l'Hexagone a conservé la première place du podium parmi les pays développés, montre l'étude annuelle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiée ce jeudi. Il affiche un taux de prélèvements de 46 %, stable par rapport à 2017. Ce qui le place, pour la deuxième année d'affilée, devant le Danemark et la Belgique.

Première année du quinquennat Macron, l'année 2018 a été marquée par d'importantes réductions d'impôts, parmi lesquelles  la réforme de l'ISF , de la fiscalité des revenus du capital, des cotisations salariales dans le privé, et par la première diminution de taxe d'habitation. Les baisses ont été au moins en partie compensées par des hausses (CSG des retraités, fiscalité énergétique), et la réduction des cotisations n'est intervenue que de façon différée. En plus de ce jeu de vases communicants, les recettes fiscales ont été dynamiques, un effet qui joue à la hausse sur le taux de prélèvements obligatoires.

Stabilisation de la pression fiscale

Ce chiffre reflète une stabilisation de la pression fiscale, après des années de forte hausse au début de la décennie. D'autres pays ont fait des réformes plus drastiques, qui ont clairement permis d'inverser la vapeur. C'est le cas des Etats-Unis, où la réforme fiscale de Donald Trump a diminué la pression fiscale d'une ampleur de 2,5 points de PIB.

Historiquement, la France s'est toujours située  parmi les pays où la pression fiscale est la plus élevée . Elle détenait déjà le record mondial dans les années 1960, avant d'être dépassée par les pays scandinaves jusque dans les années 2010, où la France a repris la tête du classement. C'est lié à un  choix politique fondé sur des impôts élevés , mais une dépense publique qui l'est aussi. Comparé aux autres pays développés, l'Hexagone se distingue par un poids des charges sociales, notamment patronales, particulièrement élevé, tandis que les recettes de l'impôt sur les sociétés y sont proportionnellement plus faibles.

Si le taux de prélèvements obligatoires fait l'objet de nombreuses comparaisons internationales, cet indicateur est à manier avec précaution. Une augmentation de ce taux peut refléter aussi bien une hausse des impôts que des rentrées fiscales dynamiques. Les comparaisons entre pays peuvent masquer des subtilités statistiques, comme dans la prise en compte des retraites complémentaires, qui n'est pas uniforme selon les pays.

Sur l'ensemble du quinquennat, le gouvernement français table sur une baisse du taux de prélèvements obligatoires mesuré par l'Insee (avec une méthodologie légèrement différente) de près de 1,5 point de PIB -il a déjà reculé de 0,2 point en 2018, à 45 % de PIB-, grâce notamment à la suppression de la taxe d'habitation, à la baisse de l'impôt sur le revenu et à celle du taux d'impôt sur les sociétés.

Partagez cet article
  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter le votre
Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité.
Rate this post:
0 Caractères
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Nos Visiteurs

266325
Aujourd'huiAujourd'hui446
HierHier675
Cette semaineCette semaine4129
Ce mois-ciCe mois-ci11766
Depuis toujoursDepuis toujours266325
Le jour le plus visité et pays d'origine du dernier visiteur 01-13-2019 : 1097
UNITED STATES
US

Vous connecter

Notre Lettre d'Information

Abonnez-vous et recevez gratuitement la Lettre Ambition France.
Civ.
J'accepte que mes données personnelles soient conservées par Ambition France
Si vous ne souhaitez plus recevoir notre Lettre d'Informations, merci de vous désinscrire ci-dessus après avoir rempli tous les champs
Voir notre politique de confidentialité

Acteurs Société Civile

Europe - Consultations citoyennes