Entreprises

L’émergence de nouveaux variants plus contagieux du COVID19 et une campagne de vaccination qui, même si elle s’accélère, n’a pas encore un impact indicatif amènent le Gouvernement à envisager un nouveau confinement dur dans les prochains jours.

Communiqué de Croissance  Plus - 25 janvier 2021

Face à cette possibilité, les entrepreneurs de CroissancePlus tirent la sonnette d’alarme et invitent le pouvoir exécutif à considérer objectivement l’ensemble des conséquences négatives qu’aurait une telle décision.

Faute de perspectives et contraintes à nouveau par des fermetures administratives chroniques, les entreprises n’investissent plus, n’embauchent plus, vendent moins et achètent moins. Elles ne peuvent plus remplir leur fonction de créateur et de distributeur de richesse et de travail. Avec une dette privée et publique abyssale et une production en chute libre, la question est simple : avons-nous objectivement les moyens de reconfiner le pays ? Notre secteur productif pourra-t-il le supporter ?

Confiner drastiquement reviendrait aussi à sacrifier un peu plus une jeunesse déjà fortement mise à l’épreuve. Or, sans investissement privé et sans perspectives offertes à nos jeunes, c’est l’avenir de notre pays que nous menaçons.

Nous invitons donc les gouvernants et leurs conseillers à faire preuve d’une grande prudence dans la priorisation qui pourrait être faite entre « santé » et « économie ».

Pour assurer l’acceptabilité et la pertinence des décisions à venir, les entrepreneurs de CroissancePlus proposent au Gouvernement les quelques principes suivants :

  • Une priorité absolue doit être donnée à la jeunesse. Les écoles et universités doivent autant que possible maintenir leur activité.

  • Les fermetures administratives doivent être limitées au maximum et laisser à la place à des mesures plus fines, décrétées au plus près du terrain. Cela est spécialement valable pour le commerce qui structure des pans entiers de la vie économique et sociale.

  • La liberté et la responsabilité doivent retrouver une place centrale. L’infantilisation ne peut plus durer. Aussi, le principe des auto-attestations doit disparaître rapidement.

  • Enfin, la distinction entre protection de la santé et protection contre le COVID-19 doit être absolument soulignée. Les consultations de cardiologie sont en baisse de 64% sur 1 an. Les dépistages du cancer chutent significativement, entre 5% et 30% sur la même période. Le nombre de dépressions explose, y compris parmi les plus jeunes.

« Face à la troisième vague épidémique, nous devons dépasser le débat qui oppose santé et économie. Après 1 an de crise et de restrictions, nous affrontons désormais des défis beaucoup plus lourds : sacrifice de la jeunesse, dépression collective, remise en cause profonde des décisions publiques… Nous avons le devoir collectif d’être plus réalistes, plus ambitieux et plus créatifs dans notre stratégie de lutte contre la pandémie » déclare Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus.

Partagez cet article
  1. Commentaires (0)

  2. Ajouter votre commentaire
Classé 0 sur 5 et sur 0 votant
Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Noter ce message:
0 Caractères
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair ?

Nos Visiteurs

500303
Aujourd'huiAujourd'hui315
HierHier544
Cette semaineCette semaine1426
Ce mois-ciCe mois-ci1426
Depuis toujoursDepuis toujours500303
Le jour le plus visité et pays d'origine du dernier visiteur 04-29-2020 : 1050
UNITED STATES
US